C’est souvent le cas… Blogueuse sonne parfois comme une insulte. Que ce soit dans la bouche des médias, journalistes et même certaines marques. Comme si tenir un blog était considéré comme le bas fond de l’internet.

L’interview de Lisa Gachet de Make My Lemonade pour Paulette le montre bien. Elle a indiqué lors de son interview : « Pour moi, une blogueuse, c’est une fille qui vendrait sa mère pour avoir du rouge à lèvres gratuit. Il y a un côté très péjoratif dans le mot “blog”. Et quand quelqu’un te dit “Ah, c’est toi la blogueuse mode ?” j’y vois une forme de dédain. Force est de constater que même si je tiens un blog, je préférerais qu’on utilise le mot “site internet”. »

C’est dur pour les blogueuses d’entendre cette phrase. Mais force est de constater que je la comprends. Et en même temps, ça me bouffe de l’admettre.

Je pense que c’est aussi de notre faute. Nos comportements, les partenariats que l’on accepte et que l’on ne devrait pas, les gué-guerres, les coups bas (qui font penser à une cour de récré), le manque de transparence (parfois, souvent). Tout ça joue sur notre crédibilité et effectivement, certaines seraient prêtes à beaucoup pour recevoir du rouge à lèvres. C’est moche hein ?

Je sais pourquoi je blogue, ça m’a permis de me reconvertir professionnellement, d’acquérir de nouvelles compétences, d’y intégrer des valeurs (et de les défendre… Beauté plurielle et diversité)… Je bosse aussi mon futur. Mais c’est vrai que certaines d’entre-nous ne poussent pas forcément la réflexion aussi loin… Cela ne joue pas forcément en notre faveur. Mais de là à mettre tout le monde dans le même panier.

Les blogueuses que ce soit par passion ou que cela devienne un métier passent énormément de temps sur leurs supports (je parle des blogs où il y a un vrai travail aussi bien au niveau du CONTENU que des PHOTOS ou VIDEOS). Trouver les sujets, aller interviewer des personnes, faire des photos, tester les produits. Peu importe le sujet, on s’investit, et cela ne se fait pas en deux minutes.

desk_blogger

Et pourtant le dédain est bel et bien présent. On notera que les « blogueurs » eux sont bien estimés. Peut-être est-ce à cause des domaines…

– Blogueuses : mode, beauté, culture, lifestyle, DIY parfois high tech, parfois entrepreneuriat, ou marketing

– Blogueurs : ciné, high tech, marketing, auto, parfois mode, parfois beauté.

Est-ce aussi le domaine qui rend la blogueuse si peu estimée ? Je ne compte pas le nombre d’attachés de presse qui changent de sourire (voire l’enlèvent) quand elles pensent voir une journaliste et qu’on leur dit non « je suis blogueuse ». Je ne compte pas le nombre de sourires en coin, vous savez ceux qui en disent long, lorsque vous dîtes que vous avez un blog. Comme si le fait de partager sur internet sur la mode et la beauté faisait de nous des écervelées qui n’ont rien d’autre à faire de leur vie.

Je ne sais pas si les gens, autour de nous, se rendent compte des milliers de visiteurs uniques que l’on touche, du nombre de mails que l’on reçoit, que l’on traite, des partenariats que l’on met en place (que l’on touche de l’argent ou pas).

J’ai aussi l’impression que c’est assez français comme réaction. Dans d’autres pays comme les Etats-Unis, le Japon ou l’Angleterre, l’approche blogging est différente. Plus professionnelle peut-être, plus cadrée, plus « sérieuse » dans le traitement des sujets.

Il est aussi important de noter que certains blogs français font beaucoup plus d’audience que des sites média, réalisent plus de « conversations » et ont une communauté plus active. Mais malgré tout ça, le mot « blogueuse » semble dans certaines conversations un peu « sale ».

Bref, je vous invite à lire l’interview de Lisa et à venir partager ici ou sur les réseaux sociaux ce que vous en pensez :)

Rendez-vous sur Hellocoton !