Vous savez cette pression durant la grossesse qui consiste à dire à toutes les femmes enceintes : « fais attention à ton poids – prends juste 10 kilos pas plus, parce qu’après hein, c’est la cata ». Après la grande phase de « il faut manger pour deux » qu’ont connu nos mamans, on est passé à la phase « fais du sport et mange pour 1/2 toi ».

D’où vient cette nouvelle lubie ? Comme d’hab, des stars et des médias. Je l’avoue, je suis une des premières à dire « Fais gaffe, fais du yoga, fais une séance d’elliptique », parce que je n’ai pas envie de prendre 30 kilos. D’ailleurs, peu d’entres-nous en ont envie. Mais la nouvelle tendance de Mommyrexiques vise à carrément se mettre au régime durant toute leur grossesse.

En fonction de son IMC, une femme enceinte devrait prendre entre 11,5 et 18k durant sa grossesse. Les mommyrexiques en prennent entre 7 et 8 kilos. Si on compte les 5 kilos perdus lors de l’accouchement (en général), il ne leur reste plus que 3 à 4 kilos à perdre juste après. De quoi se garantir une ligne parfaite, aussi fine que 9 mois plus tôt. (On parle bien d’un nouveau phénomène qui pousse les femmes enceintes à se mettre au régime et à adopter un régime alimentaire, et des rituels sportifs pouvant être dangereux. Pas de morphologie naturellement fine ou de femmes qui, quoi qu’il arrive, ne prendront que très peu de kilos durant leur grossesse)

gisele_bundchen_pregnant

On peut se dire et après ? Qu’est-ce que ça fait de ne prendre que 7 kilos, là où d’autres prennent le double ? Il y a un risque pour le développement du bébé. Problème de santé, déficience physique, intellectuelle, naissance prématurée, voire pire.

L’autre conséquence de voir en pagaille des Gisele Bundchen dans les magazines c’est que les femmes se font de nouveaux idéaux de beauté. En plus d’être mince avant d’être enceinte, on doit aussi l’être pendant et surtout juste après. Gisel bundchen a une bonne constitution, c’est une très jolie femme, mais elle ne vit pas la même vie que nous. Du coup, les conditions de sa grossesse et son mode de vie ne peuvent être appliqués par le commun des mortels.

– Les cours de yoga 6 jours sur 7

– Un nutriotinniste

– Un coach

– Un agenda à moduler comme on veut

– Masseurs à dispo…..

Des choses que les lectrices de magazines, ou de sites web n’ont pas forcément en tête et on ne peut pas leur en vouloir ! ça fait rêver. On a toute envie d’être réconciliée avec son corps, de ne plus se soucier de sa silhouette, d’atteindre son idéal. Et c’est ça le problème, on peut contrôler des choses durant la grossesse, mais pas tout, et certainement pas au détriment de sa santé physique, mentale ou du bien-être de son bébé.Ces images nous poussent à avoir envie d’une certaine grossesse. Celle où seul le ventre s’arrondit, pas les fesses, pas les cuisses, pas les hanches, pas les seins, juste le ventre, signe suprême de la fertilité et de la création de la vie. Utopie…

Cette obsession de la taille 0 nous suit même durant ces 9 mois censés être épanouissement (censés hein…)

En lisant mon ELLE Québec, j’ai découvert l’initiative de la ministre britannique Jo Swinson, ministre de la condition féminine. Elle dirige un groupe parlementaire dont le rôle est de réfléchir sur l’image corporelle. Outre le fait d’apprendre que les anglais ont honte de leur apparence (à mon avis, on serait à peu près au même point pour les français), j’ai aussi appris que les mommyrexiques devenaient un vrai problème. Elle a donc lancé des initiatives avec le corps médicale pour lutter contre l’obsession, la culpabilisation et bien souvent la dépression que vivent les femmes qui viennent juste d’accoucher et qui ne peuvent de suite rentrer dans leur jean slim taille 36.

Lors de ma première grossesse, j’ai mis à peu près un an pour retrouver ma silhouette d’avant, voire même un pe plus fine qu’avant. Lors de l’accouchement, je m’étais dit en 3 mois, je perds tout ! Quelle erreur…. Le temps de passer du temps avec son bébé, la question de l’allaitement, la remise de la césarienne, l’attente du retour de couche, l’état de son ventre, la complicité avec son amoureux, sont des sujets bien plus importants que la perte des cuisses. Mais des fois on a du mal à s’en rendre compte. On passe son temps en rentrant de maternité à récupérer, puis à regarder avec nostalgie sa penderie en espérant vite rentrer dans ce slim made in Chine acheté bien trop cher. Moi aussi, j’ai eu envie de vite perdre, mais mieux vite se rendre à l’évidence pour éviter la dépression ou les troubles alimentaires.
Kate-Middleton-en-robe-Jenny-Packham-a-la-sortie-de-l-hopital-St-Mary-s-de-Londres-le-23-juillet-2013

Kim-Kardashian-enceinte-Mykonos-La-Scandaleuse

jessica-simpson-enceinte-au-ellen-degeneres

De nos jours, les gens, autour de nous, et même nous, sont intolérants face à la prise de poids lors de la grossesse. Combien ont critiqué Kim Kardashian et sa prise de poids, Kate Middleton et son ventre juste après l’accouchement ? Quant est-il d’Angelina Jolie et de son ultra-minceur, ou de Jessica Simpson qui n’a pas vraiment respecté les termes de son contrat Weight Watchers. Le fait d’être impeccable à chaque moment de sa vie, devient un véritable enfer pour beaucoup. Il en découle une pression difficile à gérer. Il y a toujours ce décâlage entre ces nouveaux codes (qui nous causent du tort) et la raison. C’est de cette dernière et de logique dont nous avons besoin.

Faire attention durant sa grossesse, c’est normal, ne pas se mettre en danger, c’est primordial.

Le terme Mommyrexiques, vous connaissiez ?

*Chiffres issus de l’article « les mommyrexiques : enceintes et au régime! » du ELLE Québec

signature vivi lachipie ivy-mag

 

Rendez-vous sur Hellocoton !