C’est l’histoire d’une chaise, ou plutôt de Sangoku qui veut une chaise pour lui, à sa taille de garçon de 2 ans.

Dès que l’on rentre dans un magasin et qu’il voit des chaises à sa taille, pour enfants, il s’assoit. A un moment, on a soupçonné la fainéantise, et on s’est dit, ok, dès qu’il peut il se pose en fait (A noter, ce petit monsieur s’assoit dans les escalators, donc, notre hypothèse était plausible), mais en y regardant de plus près et attentivement, on a noté qu’il avait vraiment envie de se poser, d’être accoudé à une table pour jouer, dessiner et laisser déborder son imagination. Une sorte de mini-univers à lui (même si le salon ressemble à un mini Toy’s R us)

On a donc commencé à parcourir les chaises un peu partout. Design, confort, taille, prix… Comme il a une phase Spiderman (à mon avis du au rouge, car il n’a pas vraiment vu de dessin animé avec le personnage – à la maison, on est plus DVD et replay que TV en continue), on a d’abord voulu tenter ça. Le seul problème voyez vous, c’est que la chaise est vendue avec la table. Ce qui ne nous convient pas trop, vu que le petit bout a un bac » Eveil et jeu », qui a double fonction : Bac à sable, ou à eau / ou table. Jusque là, on l’avait toujours laisser sous sa forme Bac, mais avec l’arrivée de la chaise, on a décidé de plutôt opter pour l’option table. Donc nous n’avions besoin que d’une chaise, en harmonie avec la table (vous avez suivi là ?)

C’est ainsi qu’un jour on s’est dit : « Ah mais tiens, à Vert Baudet, ils ont peut-être des chaises ? »

On file donc au magasin de la Défense, et voilà que l’aventure commence :

Episode 1 :

– Bonjour, vous avez des chaises pour enfant ?

– Oui, par ici, au fond du magasin

– Merci

Du vert et blanc, du vert et rose, rien d’uni ou qui nous plaise vraiment.

-Excusez-moi, toutes vos chaises sont là ?

– Non, on en a d’autres en stock !

– Ah cool ! On peut les voir ?

– Bien sûre, ce sera plus simple sur catalogue, car il y a plein de couleur;

Après quelques minutes, on jette notre dévolu, sur une chaise simple, bleu mais pratique et finalement très mignonne.

– Vous avez la bleue en stock ?

– Attendez je regarde… Oui ! On l’a.

– Super, on la prend (elle coûte 29 euros je crois…)

En caisse :

– Alors 29,90, s’il vous plaît. On la livre chez vous à l’adresse xxxxx ?

– Pardon ?

– On vous la livre à une autre adresse ?

– Comment ça livrer ? On nous a dit que vous l’aviez en stock ?

– Ah…. attendez…

Au loin, on entend : « En stock, ben oui ! mais pas ici, en stock au stock »

– Ah…

– Donc, on la livre chez vous – sous 48h hein.

Outre la déception et le fait d’avoir un peu l’impression d’être pris pour des idiots, dans ce genre de situation, vous vous sentez un peu floué. Jouer sur les mots, ne pas être précis avant le passage en caisse et se sentir un peu piégé à la fin c’est chiant. Bien sûre, c’est 29 euros, bien sûre, c’est une chaise, donc je relativise, mais juste pour le principe, c’est rageant. Elle pouvait juste nous dire « Pas en magasin, mais on peut la commander ». Elle doit se douter que si on demande en stock, c’est en stock physique, à l’instant T et à cet endroit précis.

Episode 2 :

72h après. « Au fait, on n’a pas reçu la chaise ? ».

Dans la journée, on a reçu un mail disant qu’elle arrivait le lendemain. Elle est finalement arrivée, la semaine suivante, le mercredi. Soit un peu près 240h après la commande, après un coup de fil au siège, et après la demande de parler à un responsable…. Mouais…

Bref, elle finit par arriver, nous la montons, elle est jolie, il l’adore.

Au bout de 2 jours, après le dîner, il prend sa cuillère et tapote sur le rebord de la chaise. Toute la peinture se barre……

29 euros – 10 jours de livraison – combien en durée de vie ? Je vous le dirai à l’épisode 3…

ViVi LaChipie

Rendez-vous sur Hellocoton !