Mon budget moment du taxi explose ! Beaucoup de déplacements, et un pied qui a décidé de se mettre en arrêt maladie ! Deux circonstances qui me poussent à polluer encore plus la planète, aka réserver des taxis.

Il y a quelques semaines, j’ai réservé un taxi pour un trajet initial de 30 minutes maximum. Taxi arrivé à l’heure, Sister K, Sangoku et moi, montâmes dans ce que je nommerai le « Space Mountain de la route« .

Un taxi, d'apparence... normale

1) A peine arrivé, il demande à Sister K de mettre son sac (pas plus grand qu’un sac American Apparel), dans le coffre…. Euh, s’il veut. C’est peut-être une question de sécurité.

2) « Vous allez où? » – On lui répond « Sur Paris, dans le XXXième ». Cela fait plus de 5 ans que j’habite dans mon quartier actuel, et c’est la première fois que je met plus de 5 minutes à rejoindre l’autoroute pour aller sur Paris; Un chemin méconnu, long et un grand détour. ça promet….  A ce moment là, je lui laisse le bénéfice du doute.

3) « Oh vous avez plus de batterie ? Donnez le moi votre portable, j’ai un chargeur » – Je viens en effet de dire à haute voix, que je vais éteindre mon tèl car il me reste peu de batterie et que la journée risque d’être longue. Point cool, car il ne me restait qu’une barre et j’en avais vraiment besoin.

3 bis) Avant de prendre l’autoroute, il se trouve qu’une femme en scooter devant lui s’est mal positionnée. Vous le croirez ou non, mais il a déboîté, pour la dépasser et s’arrêter pile poil devant elle, en freinant sec biensûre, sinon ce n’est pas drôle. Forcément, la pauvre a cru mourir et a du freiner d’un coup. La réaction de taximan « Apprend à conduire va !!! Hein, franchement ! Tu mérites de mourir ! + insultes non citées ici ».

Ambiance…….

4) « Ah excusez, moi je me suis trompée de sortie… Ce n’est pas grave hein, je suis désolé ! »

5)  On arrive près des Champs-Elysées, et un taxi se place de nouveau devant lui. En même temps, on est sur les Champs, à la sortie de ce rond point qu’un conducteur (conductrice), sur 100 arrive à prendre correctement. Il ne trouve rien de mieux que de baisser sa vitre et…. d’insulter le mec (en rajoutant un petit : « Ah, s’il n’y avait pas le client… Jte jure hein !!! S’il  n’y avait pas le client… »). Alors selon-vous que fait le taxi insulté ? Il s’arrête en plein milieu des Champs, pour régler ses comptes. Quand le ton a monté entre eux, j’ai juste dit « Il y a Sangoku derrière, un enfant, qui n’entend jamais un ton plus haut que l’autre, donc vous êtes gentils… vous vous calmez, merci… ». Ils ont continué de s’envoyer des noms d’oiseau en roulant et par vitres interposées.

A cet instant je voulais vraiment descendre, mais embouteillage, et retard pour l’Event m’ont fait penser « Allez, on est bientôt arrivé ! »

6) Avec Sister K, on s’apperçoit qu’il regarde de nouveau notre adresse de départ… On ne sait pas vraiment pourquoi mais bon….

7) Embouteillage, embouteillage. Il peste, nous conseille d’appeler plus tôt la prochaine fois… (ouais, ouais, c’est vrai qu’un embouteillage de ce type c’est prévisible)

8) « Ah mince, je me suis trompé de sortie » (oh, une deuxième fois). « On n’est pas loin, ne vous inquiétez pas, je fais un petit détour et je rattrape ! Excusez moi- hein, mais franchement je suis énervé (ah, on n’avait pas remarqué…), l’autre là !! !Vous avez-vu comment il m’a insulté. Je lui ai juste dit que ce n’est pas bien ce qu’il a fait, mais il m’a insulté en premier !! (euh, on a des oreilles et on était là… Vous avez commencé à l’insulter en premier). Ah, quand je vais le voir à la station, il va voir, il va m’entendre… Il me parlera plus jamais comme ça ! » (que faire à part acquiescer, pour ne pas rentrer dans une discussion stérile ?)

9) Ah, on arrive enfin ! Je sors ma CB, car je sais qu’avec cette compagnie, on peut payer par carte car je le fais tout le temps. Devinez ce qu’il me ose me dire « Vous n’auriez pas un chèque plutôt, ça m’arrangerait ? »

10) Je lui demande 3 fois de me rendre le téléphone qu’il a mis sur son chargeur et il fait la sourde oreille (j’ai du le reprendre moi-même)

11) Il nous dit aurevoir et s’apprête à démarrer (comme si on allait oublier de prendre le sac dans le coffre).

En bref : violent dans ses gestes et dans les faits (après « l’incident » sur les Champs, il était à deux doigts de se battre physiquement avec son interlocuteur et il a déversé intensément sa verve durant plus de 15 minutes) / Dangereux pour ses clients ET pour les autres autour de lui (piétons, scooter ou tout autre véhicule… Il s’est énervé contre un bus aussi)

Depuis ça :

– Je donne mon prénom et non mon nom de famille lorsque je réserve un taxi (je ne donne pas non plus ma vraie adresse, mais un numéro ou une rue à côté / Parano, peut-être, mais nous avons eu pas mal de questions sur nos activités, le quartier et il a re-regardé notre adresse de départ plusieurs fois… )

– Je relève le numéro de taxi et toute son identification (infos disponibles grâce au sticker placé sur la vitre)

– Si c’est une course prévue à l’avance, j’imprime le plan (et note les grandes étapes)

– Au moindre soucis / suspection ou quoi, je descend et paye la note due sur le trajet réellement effectué

(Ah et hier soir, un autre taxi a fait une marche arrière avant de sur la voix permettant d’entrer sur l’autoroute (oui, oui), car je lui signalais qu’elle allait nous faire faire un tour sur cette autouroute pour rien vu qu’elle avait raté la sortie – indiquée sur le GPS. Sa réponse : « Oh le GPS s’est éteint, et je ne savais pas où aller »)

(L’idée ici n’est pas de dénoncer une ou deux compagnies, mais plutôt de vous suggérer quelques règles si vous utilisez ce moyen de locomotion, plus ou moins souvent)

ViVi LaChipie (un grand nom ne garantit pas la tranquilité du trajet)

Rendez-vous sur Hellocoton !