En ce moment, je suis un peu moins sur mon blog. J’ai 3 milliards de choses à faire, des enfants qui tombent malades et qui  se cognent, une vie d’entrepreneuse  avec un bel agenda.

N’empêche, je passe pas mal de temps sur Twitter et Facebook, pour le perso et le boulot. Et je vois… Je vois les messages d’Annouchka qui se pose des questions sur son enfant de 4 ans et la « fameuse » phase où les enfants, ceux que tu aimes et que tu chéries te poussent juste à devenir une maman qui répète 100 fois à la minute : « arrête, ça suffit, tu vas écouter oui, pourquoi tu pleures, viens manger, arrêtes de bouder, non à 22h, tu devrais déjà dormir depuis longtemps ». Et ce avec une voix de plus en plus aigüe.woman-with-natural-curly-hair

 

Et je dois dire que c’est une période assez épuisante physiquement et psychologiquement. Tout simplement parce qu’à 18h, tu as juste envie d’une soirée sans pleurs, en mode câlin, où l’on dîne tous ensemble sans contrariétés un repas sain pour compléter les 5 fruits et légumes par jour. Tu as juste envie de retrouver ton fils tout mignon, celui qui ne cherchait pas à te pousser dans tes retranchements il y a quelques mois. Tu veux qu’il dorme tôt pour ne pas être trop fatigué le lendemain, qu’il mange bien, qu’il obéisse, qu’il arrête de chouiner. Tu imposes des règles, un cadre, une routine parce qu’il paraît que c’est ce qu’il y a de mieux.

Et puis, il y a des principes d’éducation que tu entends depuis des générations :  » Ne me fais pas répéter, brosse toi bien les dents, dis Merci à la dame, dis Bonjour, On dit s’il te plaît, finis tes légumes ». Mais entres-nous, cette rigueur n’est pas pour moi.

J’ai essayé d’insister  pour le respect de certaines règles, mais tout a commencé à aller mieux, quand j’ai lâché du lest, un peu de lest, mais ça a fonctionné. Quand j’ai parlé plus doucement. Quand j’ai respiré profondément avant de m’énerver. Quand je me suis dit que ce n’était pas grave s’il dormait avec son déguisement de spiderman. Ce n’est rien s’il ne veut pas se brosser les dents un soir. Qu’importe s’il me dit qu’il n’a plus faim pour manger une glace immédiatement (quitte à revenir sur des frites froides 15 minutes après). Est-ce vraiment important s’il ne dit pas bonjour à la voisine ? Biensûre, il y a des jours où il respecte tout ça et où il est adorable. Mais quand je le vois à fleur de peau, ultra fatigué et chagriné, je préfère laisser couler.

On s’endort sans cris, ni contrariétés. La plupart du temps, quand il voit que je ne bronche pas à la énième crise car il n’y a plus LE gâteau qu’il veut (même s’il y en a 30 dans le placard), il revient vers moi, et tout se passe bien. J’ai remarqué que faire une comédie devant aucun spectateur l’ennuie profondément.

Je me met moins de pression et je passe du temps à me concentrer sur l’essentiel. Le t-shirt n’est pas repassé ? Et alors ! On mange McDo pour la 2ème fois de la semaine (don’t care). Et là, on passe plus de temps à colorier, lire, se faire des bisous. Il connaît plus ses limites et moi je gère mieux tout ça.

Je laisse tomber mes principes pour plus de calmes et de spontanéité. Pour du temps pour moi aussi (la salle de bain, un bain, un gommage, un café avec une copine), pour ne pas m’oublier. Et lui ? Ben là, il a mis un jeu sur son ipad et il m’explique comment obtenir un trophée, il a dîné, a joué avec son petit frère… Attendez, on dirait qu’il négocie pour que je lui achète une extension sur cette app légo :) / Sûrement à demain pour une note beauté. Bisous bisous

Rendez-vous sur Hellocoton !