C’est qu’ici, à Montréal, presque tout le monde est tatoué.

Bras, dos, cuisse, mollet, chevilles, cou, coin de l’oreille. J’ai eu le temps d’analyser le truc, vu que je passe mon temps à regarder les gens, ici.

Et puis, lors de mes séances de sport, on est toutes en T-shirt, certaines sont en brassières ou en short, donc j’ai encore plus le temps de mater discrètement hein. Tout le monde a un côté voyeur…. non ? Différents motifs, des messages personnels, des formes qui n’ont de signifaction que pour celles qui les portent.

Toutes ces filles tatouées m’ont redonné envie de me faire un tatouage. J’y pense depuis des années, j’ai déjà listé 10 000 adresses de tatoueurs à Paris, imaginé les dessins. Je les connais par coeur, au millimètre près.

Et puis le fait de voir Lane, lors de la free class toujours dans ma salle de sport (une chouette séance où l’on s’est bien amusé), et son super tatouage (que j’adooooore), j’ai encore plus eu envie de le faire.

 

Copyright photo : Lane / The Stage Door

 

Je sais exactement ce que je veux : assez fin qui commence sur l’omoplate droite et qui se termine dans le dos (à gauche). Et un sur la clavicule (un texte). Un derrière l’oreille aussi (un chiffre).

Voilà, mais j’hésite, j’ai peur du raté, j’ai peur de la douleur (je suis la fille la moins vaillante du monde).

Là, où on est à Montréal, on est entouré de 3 tatoueurs situés à moins de 5 minutes à pieds. Peut-être qu’un de ces jours je pousserai la porte.

Vous avez poussé la porte ?

signature vivi lachipie ivy-mag

Rendez-vous sur Hellocoton !