Les réseaux sociaux c’est bien ! Twitter, Facebook, Instagram, Pinterest permettent à tout le monde de s’exprimer, de donner un avis, de débattre. Une belle évolution avec des tas d’avantages. Mais qui dit avantages dit inconvénients à la hauteur des bienfaits.

A force de partager, expérience, expertise et d’avoir vulgarisé RP, communication et marketing, tout le monde peut s’improviser experts. Et sur les réseaux sociaux, des experts en marketing ou en mercatique comme dirait Grégory Pouy (ou mon ancien prof d’éco en école de commerce – Thierry, si tu me lis), on en a à la pelle.  De vrais (experts), des étudiants, des responsables d’agences, des consultants, des directeurs (et directrices), des écrivains, des CM, et ma voisine de pallier.

Oui, elle aussi peut sur twitter se déclarer consciemment ou inconsciemment experte en stratégie marketing et te démontrer en 140 caractères comment le marketing c’est mal et comment ça nous vend des choses dont on n’a pas besoin, des artistes sans talents, des films sans scénarios, des innovations qui n’en sont pas. Ma voisine n’a pas toujours tort. Souvent elle adhère à 10 000 associations, défend la veuve et l’orphelin, s’indigne contre les tests sur les animaux et mange bio. Elle décompose les étiquettes de ses shampooings, de ses chocolats et n’achète que du made in France, certainement pas du made in China.

Copyright photo : Henrik Sorensen

Copyright photo : Henrik Sorensen

Et la dernière fois, cette « voisine », (qui pourrait être la vôtre et qui n’est pas vraiment la mienne), s’est offusquée contre un artiste que j’aime beaucoup et dont j’ai déjà parlé sur le blog. Je vous explique :

« Il y a quelques semaines une amie à moi a posté un statut Facebook afin de dire tout le bien qu’elle pensait de la prestation de Stromaé lors du Grand Journal, avec le titre Tous les mêmes. Prestation que beaucoup de personnes ont aimé, d’autres non. Et c’est leur droit, encore heureux. Mais c’est là qu’une voisine arrive et poste un statut ressemblant de plus ou moins près à ça « non mais j’aime pas cet artiste. Tout ça c’est encore du marketing, le mec n’est pas talentueux ».

J’ai reçu le truc comme une gifle en plein milieu de la figure. Encore une experte en marketing qui aurait mieux fait de s’ignorer. Comment on peut confondre MARKETING et TALENT ? Même si la stratégie marketing permet de modeler un artiste, de lui faire répondre correctement à des questions, de lui apprendre à prendre des selfies pour les poster sur instagram, cela ne lui apportera pas le charisme, la voix, l’écriture, la façon d’occuper la scène ou de savoir jouer la comédie. Et c’est là que l’experte improvisée en marketing se trompe (il y a aussi des experts, rien de sexiste là-dedans).

Si on prend la définition pure du marketing, ou de la mercatique, voici son objetif : Mettre en place des actions ayant pour objectif de prévoir ou de constater, et le cas échéant, de stimuler, susciter ou renouveler les besoins du consommateur, en telle catégorie de produits et de services, et de réaliser l’adaptation continue de l’appareil productif et de l’appareil commercial d’une entreprise aux besoins ainsi déterminés. En gros : VENDRE.

Donc c’est facile de s’attaquer à du mass market, aux talents du moment, mais à partir du moment où tu consommes un produit, il est important de savoir qu’il y a du marketing derrière. Qu’il soit bio, sans huile de palme, made in France (fabriqué au Banglasdesh, mais avec une étiquette collée en France, selon la loi, c’est aussi du made in France… Législation quand tu nous tiens), ou même le film d’auteur réalisé avec peu de moyen, ton produit contient du marketing dedans.

Donc diaboliser une pratique que TOUS les secteurs utilisent, de façon plus ou moins pro, organisée ou stratégique, ne sert qu’à peu de choses, vraiment peu. Et le problème de ces voisins, voisines, c’est qu’il te pollue tes time-lines, te gâchent ton plaisir. Ils ajoutent des ondes négatives autour de toi. Ils t’empêchent de kiffer. Ils sont semblables à l’arête de poisson que tu trouves au milieu de ton repas divin, ou au moelleux au chocolat que l’on te sert trop chaud et qui te brûle la langue. ça t’enlève l’envie, ça te bloque dans ton moment de plaisir, ça te gâche ton repas.

Vous allez me dire : « Ben Vivi, il suffit de ne plus les suivre sur Twitter, de les bloquer sur Facebook, ou de les ignorer sur instagram ». J’esssaye mais il y a deux cas de figure :

1 – Quand ces voisins, voisines disent parfois des choses censées, intéressantes ou que c’est ta famille (si c’est pour ensuite aller dire à ma mère que je les ai viré sur Facebook et que ça tourne au drame familiale… non merci)

2 – Quand ce sont des connaissances de connaissances, et donc pas les tiennes, et dont le métier semble être polluer les statuts des gens. Dans ce cas précis, je ne peux pas supprimer la conversation d’un pote, juste la quitter, un poil énervée (ou l’ignorer)

J’ai envie de dire à ces voisins, voisines, de s’adapter dans le monde dans lequel on vit. De lutter contre les vraies supercheries, et de kiffer le reste. De juste savourer l’instant présent. Rien n’empêche de lutter contre ce qui nous tient à coeur, mais quitte à le faire, autant le faire bien et vraiment. En gros, ne pas me fatiguer à longueur de journée avec les conditions de fabrication des vêtements Zara qui à grand coup d’affiches publicitaires veut nous vendre sa nouvelle collection automne-hiver, si vous portez des Nike. Tout est une question de cohérence et d’équilibre.

Moi par exemple, j’ai mis de l’eau dans mon vin ! J’ai décidé d’arrêter de me focuser sur les lèvres de Lana del Rey, ses ongles et sa chirurgie (et TOUTE la strat marketing derrière) pour écouter les chansons et apprécier l’univers. Au final, ce n’est pas si mal que ça.

Je ne prône pas la naïveté et le fait de rester les yeux fermés face aux méchants de l’industrie. Juste d’avoir de la mesure (et de ne pas s’improviser expert, quand en fait, on n’y connait rien)

En bref, voisine, fallait pas toucher à Stromaé.

signature vivi lachipie ivy-mag

Rendez-vous sur Hellocoton !